vendredi 16 janvier 2015

74. Parution du livre "Courir léger - Light Feet Running" en version papier

J'ai le plaisir de vous annoncer la parution du livre "Courir Léger - Light Feet Running" en version papier aux éditions Thierry Souccar, avec de nouvelles illustrations et photos et un texte revu et amélioré.

Pensez à vous inscrire à ma newsletter via mon blog (voir fenêtre en haut à droite du blog) et vous recevrez lundi l'introduction de mon livre dans sa nouvelle mouture.

La parution est programmée pour le 5 février. Il est déjà proposé en précommande sur Amazon.


Happy Light Feet Running !

Et merci pour votre fidélité !

jeudi 20 novembre 2014

72. La pose avant-pied sans modification de la poulaine



La pose du pied est un élément absolument déterminant de la foulée. Elle doit être la conséquence du trajet aérien du pied, et non l’inverse. Les coureurs, qui ne se concentrent que sur la manière dont leurs pieds se posent sur le sol, passent le plus souvent à côté d’une bonne biomécanique. Cette manière de faire aboutit le plus souvent à vouloir concilier l’inconciliable : garder un trajet aérien du pied très en arc de cercle et ne pas poser le talon en premier. C’est techniquement possible mais cela prive le coureur des avantages d’un trajet de pied parfaitement adapté à la foulée médio-pied ou avant-pied.

En voici un exemple en vidéo:




lien: http://youtu.be/lJhQmZB8qpg
(source Kinetic Revolution)


Souvent le coureur, qui vient d’une foulée « coureur-marcheur », ne sait pas bien utiliser l'extension de sa hanche et assez peu ses fessiers. Si on se met sur l'avant-pied, on va donc avoir tendance à utiliser les mollets pour se propulser (au lieu des fessiers (ou des quadriceps pour le vrai coureur marcheur) or les mollets ne sont pas des muscles très endurants (au contraire des fessiers). Il est donc important de combiner un passage sur le médio pied avec le fait de faire "remonter le moteur" de sa foulée. 

On voit très bien sur ces deux images comment la coureuse pousse sur son mollet (en ouvrant énormément l'angle de sa cheville). Cela génère une force vers le haut qui est mal dirigée et occasionne beaucoup trop d'oscillations verticales.





Sur la photo suivante, on observe l’atterrissage carrément sur la pointe du pied:



LFRment vôtre !